+ 32 486 44 41 76 jeromedebucquois@yahoo.fr

Votre esprit, un médicament?

20
mar

Dire que le moral est fondamental dans la guérison revient à  asséner un lieu commun vide de sens à  force de répétitions. Pourtant, cette affirmation est démontrée scientifiquement. Dès lors, comme dit Elie Wiesel, « on n’a rien à  gagner à  être pessimiste »

pijn

« Si un homme peut changer son état d’esprit, toute sa vie sera changée. »
Dr Joseph Murphy

Notre pensée, notre humeur, a un effet réel sur notre santé, tout particulièrement dans le cas du cancer. Le psychologue Jérôme de Bucquois nous explique: « Les traitements du cancer attaquent le système immunitaire. Cela rend les malades plus vulnérables à  toutes sortes de maladies. Le choc de l’annonce, la peur de l’inconnu génèrent souvent de l’anxiété, du stress, du découragement et, plus globalement, de la déprime. Les conséquences en sont une mauvaise qualité de sommeil, une perte d’appétit, un manque d’énergie et d’envies (si ce n’est se terrer au fond de son lit). Tout cela affecte également notre système immunitaire. D’ailleurs je le constate chez mes patients: les personnes déprimées, démoralisées, ‘chopent tout ce qui passe’. Dans le cas du cancer, les effets conjugués du traitement et d’un moral au plus bas font boule de neige. »

Un message essentiel:

Comment sortir de la déprime et de l’angoisse? « Le principal est de faire prendre conscience à  la personne atteinte d’un cancer qu’elle a, en elle, les ressources pour vaincre », affirme notre psychologue. « Je suis souvent face à  des gens qui se demandent comment ils vont ‘y arriver’. Je leur explique toujours qu’en fait ils y arrivent depuis longtemps déjà , sans s’en rendre compte! Un cancer met en moyenne 5 à  8 ans à  se déclarer… Des années pendant lesquelles ils ont assuré, ils y ont fait face! J’ajoute, ce qu’on oublie souvent, que tout le monde vit avec le cancer. Tout le monde produit quotidiennement des cellules cancéreuses, même si, en général, le système immunitaire les détruit. »

Nous gagnons chaque jour!

« Pour beaucoup, l’annonce de la maladie fait naà®tre une épée de Damoclès. Subitement, c’est comme si on nous avait volé des années de notre vie. Si on changeait de point de vue? » suggère Jérôme de Bucquois. « Chaque instant est pris à  l’ennemi. Chaque jour n’est pas un jour de moins à  vivre, c’est un jour de gagné! »

 

Lire la suite de l’article sur Pink Ribbon

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *